mardi 9 avril 2019

Choisir c'est grandir


Beaucoup de parents se posent des questions quant aux choix que l'on peut laisser à un enfant.  Faut-il tout contrôler et ne lui demander que d'obéir ou pouvons-nous lui laisser un peu de liberté ?  La réponse est qu'un enfant est un être à part entière, une personne avec des sentiments et des idées.  Le fait de tout lui interdire peut briser sa confiance, sa créativité et son épanouissement.

Tout est permis ?

Bien sûr que non !  Il faut quand même observer une certaine discipline, l'enfant est une personne qui a des droits mais aussi des obligations comme chaque adulte.  A vous de fixer des limites raisonnables et de le sanctionner si celles-ci sont outrepassées.  Mais ceci doit faire partie du contrat de base, l'enfant doit savoir quelles limites il ne peut dépasser et savoir qu'il devra en assumer la responsabilité si cela se produit.

Le choix que l'on laisse à son enfant doit cependant être guidé, par exemple, si votre enfant met du temps à s'habiller le matin et qu'il veut choisir sa tenue, vous pouvez lui proposer deux choix de vêtements le soir pour le lendemain.  A lui de choisir la tenue qu'il préfère, et ce dès l'âge de 3 ans.

Quant aux repas, il vaut mieux ne pas lui demander son avis car l'important est de développer son sens du goût et de lui proposer plusieurs saveurs.  Par contre, vous pouvez lui laisser le choix du dessert.

S'affirmer

L'enfant grandit et apprend à s'affirmer, à avoir confiance en lui et en ses proches.  Ceci est la base pour son développement futur ainsi que sa vie d'adulte.  Il est normal qu'un enfant dise non, qu'il cherche à désobéir et se met à pleurer ou se fâcher, c'est le chemin qu'il prend pour apprendre à s'affirmer.  

C'est ici que le fait de lui donner des choix peut l'aider à réduire ses crises de colère, car l'enfant se sent valorisé et il a un pouvoir de décision.  Il sent que l'on lui fait confiance, que l'on s'intéresse à son avis, qu'on l'écoute.

Une certaine responsabilité

L'enfant, en choisissant apprend à assumer la responsabilité de ses actes.  Ceci lui sera très utile dans ses choix futurs.  En effet, plus tôt il apprendra à faire des choix et sera entraîné à observer le résultat de ses décisions, mieux il apprendra à se connaître lui-même et à être conscient de ses limites.  C'est un bon moyen pour lui de créer un processus de décision.

Par exemple, votre enfant refuse de ranger ses jouets et les laisse dehors.  Vous lui expliquez que s'il pleut, ils seront trempés.  Il ne veut pas écouter et maintient sa décision de les laisser dehors.  Eh bien laissez-le décider à ce sujet (finalement ce n'est pas si grave).  Le lendemain matin, quand la pluie aura trempé ses jouets, il se rendra compte que la bonne décision était de ranger ses jouets et saura quoi faire la prochaine fois.  Il assumera les conséquences de sa décision.

La vie est faite de croisements, de décisions à prendre et le fait de se tromper est normal et aura moins de conséquences négatives lorsque l'enfant est jeune car ses parents seront là pour l'encourager à persévérer et trouver d'autres solutions.  Le but des parents n'est pas d'avoir un contrôle total sur leurs enfants, mais de leur proposer des choix et d'être à l'écoute afin qu'ils puissent devenir des adultes autonomes.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire